1er système d'information et d'intelligence décisionnelle pour la gestion numérique des PSP.

menu

Objectif de la démarche PSP du Hab : permettre d'engager une réflexion exhaustive et prospective en cohérence avec la politique sociale de l'habitat au niveau local et dans le cadre d'une réglementation incitant de plus en plus les bailleurs sociaux à se munir d'un tel outil.

le PSP et réglementation

 

La réalisation d’un PSP est un investissement pour le bailleur social.
C’est avant tout un outil de communication qui pose les orientations stratégiques patrimoniales de l’organisme.
Il induit : des fiches résidences, des arbitrages patrimoniaux (objectif de développement, de désengagement, et travaux d’amélioration sur le parc existant), un plan pluriannuel d’entretien, un programme de provisions de gros entretiens, et la sécurisation des engagements pris avec le préfet sur les valeurs cibles Convention d’Utilité Sociale (CUS)…

Un outil de structuration de l’activité du bailleur

Le PSP est le fil directeur du développement à moyen ou à long termes de l’organisme et fournit les outils de pérennisation de cet organisme tout en respectant les enjeux politiques (mixité sociale, respect de l’offre de logements sur le territoire,…).

Son action est double :

  • En interne, il assure la prise en compte des besoins des agences décentralisées, situées au cœur des quartiers (zones), via une démarche visant un regain global d’attractivité. Il est également une solution de communication structurant au niveau de la donnée.
  • En externe, il garantit la cohérence des initiatives conjointes des acteurs de la politique sociale de l’habitat des territoires : villes, communautés de communes, départements, régions...

Les enjeux des bailleurs : un environnement politique et social complexe

Le contexte auxquels sont soumis les bailleurs complexifie leur activité :

  • une demande forte de logement locatif social et une faible mobilité dans le parc social ;
  • une sous-production de logements sociaux par rapport aux besoins ;
  • un foncier qui se raréfie, des coûts de production qui augmentent, des obligations règlementaires en matière de performance énergétique des bâtiments, de normes (RT 2012, HQE, …) justifient l’augmentation du coût global de la construction ;
  • un financement de l'Etat complexe et fragile ;
  • des aides à la personne qui se dégradent ;
  • une fragilisation des habitants des quartiers en ZUS. 

En savoir plus