1er système d'information et d'intelligence décisionnelle pour la gestion numérique des PSP.

menu

Les 77 lampadaires installés à Palaiseau permettent de se connecter à Internet grâce aux LED. A l’avenir, les villes pourront diffuser aux utilisateurs une information géocontextualisée.

Le LiFi permet de transmettre des données à partir de l’utilisation de la lumière visible. La communication se fait au travers d’un signal lumineux, capté par un lecteur spécifique USB ou par le capteur photo d’un Smartphone. Ce procédé a été imaginé en 2005 par le professeur français Suat TOPSU, professeur de physique atomique à l’université de Versailles-Saint-Quentin. Le Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes de Versailles (LISV) avait été consulté par Renault pour tenter de concevoir un système de communication entre les futures voitures sans conducteur. Le laboratoire suggéra d’utiliser les LED. Le promoteur immobilier Marc ROZENBLAT, qui préside l’association Smart Lighting Alliance destinée à faire connaître ce procédé, précise « qu’une LED, en s’allumant et en s’éteignant plusieurs millions de fois par seconde, peut transmettre des informations en langage informatique via le spectre optique, se substituant aux bandes de fréquence radio utilisées par le Wifi ». Une simple ampoule de bureau, un plafonnier ou un lampadaire installés sur l’espace public peuvent devenir un moyen d’échanger des données.

A Clermont-Ferrand, par exemple, dans le quartier Camille-Claudel de Palaiseau, des informations sont transmises aux habitants via le LiFi. Ils reçoivent des informations générales ou locales sur leur Smartphone. Les habitants sont ainsi tenus informés des chantiers en cours dans le quartier, des rues à éviter en fonction du trafic routier...

A terme, on peut espérer trouver le LiFi dans tous les espaces extérieurs des résidences. Communication entre des piétons, transmission de données entre les voitures (circulation, déviations, etc.).

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir